Tél : 01 53 39 20 21 - Mail : syndicat.snap@pole-emploi.fr

Anniversaire du transfert

1er avril 2010 – 1er avril 2015 : 5 ième anniversaire du Transfert des Personnels de l’Orientation de l’AFPA !

Avertissement : docu-fiction

Bien que basé sur des faits réels, ce document comporte un très grand nombre de contre-vérités… Ami lecteur, sauras-tu les retrouver ?

En ce 5éme anniversaire du Transfert des Personnels de l’Orientation de l’AFPA, il est temps maintenant de le reconnaître, leur intégration au sein de Pôle emploi est une véritable réussite !

Au préalable, le management de Pôle emploi avait lancé à leur destination une impressionnante opération séduction, n’hésitant pas à louer partout salles de réception pour régaler de petits fours…

Car prononcer, à ces personnels inquiétés par sa réputation d’employeur et les relents de la fusion Assedics-Anpe, l’antienne du « Nous avons besoin de vous, vous êtes les experts indispensables pour créer à Pôle emploi la véritable branche Orientation que le public attend, que le service public mérite !» était devenu la priorité d’un management affolé qu’ils puissent refuser tout bonnement d’y venir… à Pôle emploi.

L’Etat qui, sur l’autel européen, avait dû se résoudre à ce qu’il soit retiré à l’AFPA – son « fer de lance de la formation professionnelle » – , confiait ainsi à Pôle emploi le capital Orientation élaboré patiemment depuis 1947 et veillait dans un accord cadre – loi de transfert à ce que ces personnels soient au moins aussi bien traités qu’auparavant.
Rappelons qu’il suffisait alors qu’un ‘Psychologue AFPA’ intervienne, ne serait-ce qu’une demi-journée mensuellement, dans un organisme pour que ce dernier voie sa crédibilité nettement renforcée !

Dès lors, l’état-major de Pôle emploi s’évertua à tirer le meilleur profit de cet apport tout à fait exceptionnel, de près de 700 cadres de haut niveau (bac + 5 minimum !), aux compétences variées, possédant en outre, dans leur grande majorité, de longues et riches expériences professionnelles couvrant des domaines aussi vastes que le recrutement : du stagiaire au directeur d’établissement, le conseil RH : du coaching à la GPEC et, l’intervention en organisation : du premier contact à l’audit !

La DG s’appliqua donc :

1/ sous la vive impulsion de la tutelle, à créer la Direction de l’Orientation, véritable nouvelle ligne hiérarchique lui permettant a minima :

  • d’abstraire les rares (820) personnels d’Orientation de la lourde hiérarchie des Agences Pôle emploi (50.000) qui par définition assurent les 2 tâches historiques et fondamentales de P-E : l’Indemnisation et le Placement,
  • d’organiser un véritable pôle ‘Recherches-Etudes-Développements vital pour maintenir, enrichir et déployer les compétences Orientation à destination tant des publics que des personnels
  • d’outiller et sanctuariser sur le terrain les Psychologues et les Atos en nombre très insuffisant
    pour pouvoir être livrés nus à la demande suscitée…

2/ à irriguer au mieux toute l’institution Pôle emploi par cet afflux de compétences :

Echaudé par une fusion ASSEDICS-ANPE douloureuse, pour ne pas dire calamiteuse, égrenée d’erreurs stratégiques (‘double compétence’) majeures, le haut management s’employa à rentabiliser cette mine de compétences en gestion des ressources humaines pour huiler les différents rouages des amalgames de personnels et de hiérarchies résultants d’une fusion impréparée, réalisée à marche forcée, dans l’absence de respect, voire le déni complet, tant des salariés du privé que des agents publics.

C’est pourquoi, à tous niveaux hiérarchiques, la DG imposa l’institutionnalisation du recours transverse à un ‘regard psycho’. Une telle intervention, certes à priori très ponctuelle sur ce qu’il pouvait en être entendu du fonctionnement institutionnel, distilla de fait, l’ouverture d’un nouvel espace relationnel.
Si, bien évidemment, ceci suscita souventes fois les résistances connues : « J’ai un plan de production à respecter, ce ne sont pas des improductifs qui pourront me dire comment faire ! », la DG sut graver dans les mœurs que le dérapage vers le conflit, avec un ou plusieurs salariés, ne saurait plus dorénavant s’assimiler à la ligne de management privilégiée…

Aussi, 5 années plus tard, que constate-t-on ?

Aussitôt créée, la Direction de l’Orientation disparut. Aucune entité Recherches-Etudes-Développements n’a pu être seulement envisagée. Les ATOS sont quasiment éradiqués. Et les
Psychologues, dépositaires de 60 années d’expérience Orientation, errent plus ou moins hagards quand ils n’en sont pas réduits à quémander une porte à un bureau que l’organisation Pôle emploi semble s’être ingéniée à leur refuser vaillamment sous les prétextes les plus saugrenus…

Dans cette droite ligne, chaque jour, la DG semble laisser faire et donc encourager, de nouvelles attaques contre ces professionnels les réduisant à devoir revendiquer le respect du Code de
Déontologie qui s’impose pourtant à cet employeur…

Aujourd’hui, en nouvelle contradiction avec tous ses engagements, la DG ouvre des recrutements de Psychologues hors ‘Agence Spécialisée’, isolant et insécurisant ainsi ceux-ci dès leur embauche et inquiétant tous les autres, contraints à s’organiser en un Collectif pour se protéger de leur propre employeur : la terreur comme nouvelle motivation au travail ?

Pourtant les Psychologues en souffrance à Pôle emploi pourraient, si on ne leur refusait les moyens consubstantiels au socle de leur exercice, prodiguer, comme le préconisait et l’escomptait la puissance publique, l’expertise, dont ils sont les derniers dépositaires, dans l’accompagnement des personnes en phase de transition professionnelle…

L’historique est sombre, le présent est inquiétant et le futur est prévisible : dans quelques temps, Pôle emploi cherchera à recruter des Psychologues, ‘si possible ex-AFPA’, témoins disparus du foisonnement que connut, lorsque portée par cette association, l’Orientation en France…

Nous avons l’immense tristesse de vous faire part de la poursuite, au sein de Pôle emploi, de la désintégration, des Personnels de l’Orientation en provenance de l’AFPA…